Fraternité Citoyenne

Grève des marchandises ! À partir du 01-01-15

À partir du 1er janvier 2015 est décrété par tous les citoyens responsables de cette planète, une grève générale de la consommation pour une durée illimitée !

 

Révolution pacifique – changement de civilisation – et c’est pas triste !

 

Nous sommes gavés de marchandises, nous n'en pouvons plus, notre planète n'en peut plus. Que faire, sinon prendre le mal par la racine. Nous sommes des millions sur cette planète, en particulier en Occident, à avoir compris la violence et l'absurdité du systême capitalisme fondé sur une prétendue rareté de la marchandise liée à une consommation effrénée, les deux savamment entretenues par ceux qui detiennent le moyen d'échange (la monnaie). Le profit des 1 % les plus riches compte plus que la survie des 99 %. Stoppons la civilisation de la marchandise.

 

Alors voici une stratégie efficace: jusqu’au 31 décembre de cette année, achetons ce qui nous est utile et nous fait plaisir mais ne nous rend pas heureux ! Alors autant le laisser au magasin !! Pour ce qui nous est utile, c'est à voir si cela l'est vraiment. Dans le magasin et devant chaque objet convoité, posons-nous les questions suivantes: en ai-je vraiment besoin, vais-je le garder, ne vais-je pas le regretter, ne puis-je l'emprunter à quelqu'un, ne puis-je faire autrement ? Et surtout, renonçons au crédit ! Et à partir du 1er janvier 2015, n'achetons que l'indispensable, sachons libérer nos envies des publicités pernicieuses ! Nous verrons alors les marchands du temple se ronger les ongles, bientôt suivis par les « économistes », les politiciens et les banquiers. Au lieu de rivaliser, nous recommencerons alors à rire et à fraterniser.

 

Depuis la crise de 2008, le mouvement Occupy Wall Street et celui des Indignés démontrent que des millions de citoyens ont pris conscience que le capitalisme ça suffit !la production-consommation, autrement dit le boulot-métro-dodo tant décrié en mai 68, n’est en aucune manière la finalité de la vie. « We are the 99% » à penser que la finalité de l’humanité n’est pas de produire, de consommer et de comparer les prix dans une économie de marché mondialisée. Il va nous falloir choisir entre la survie d’un système absurde et violent qui fait du profit sa seule finalité et la vie de notre humanité sur la seule planète dont nous disposons. A quoi bon assurer la survie d’un système pour le bénéfice de 0,01% de la population au détriment de la vie des peuples, les 99% ? D’autant que le productivisme de tous et la ripaille de la minorité conduisent l’ensemble de l’humanité à une catastrophe dont nous commençons à entrevoir l’ampleur.

 

Nous disposons aujourd’hui de techniques qu’aucun de nos ancêtres n’auraient osé rêver, pourtant nous détruisons notre patrimoine naturel. « Liberté, Egalité et Fraternité », inscrits au fronton de nos mairies nous transmettent l’héritage des révolutions de 1789, de 1848 et de 1871, jusqu’aux luttes sociales du 20e siècle, concrétisées par le Conseil National de la Résistance – parmi les mesures appliquées à la Libération, citons la nationalisation de l'énergie, des assurances et des banques, ainsi que l'instauration des services publics – sont notre fierté de français-e, d’hommes et de femmes libres que nous pouvons transmettre au delà de nos frontières.

 

Nous considérons que la seule politique digne à mener est la lutte contre le pouvoir financier, que le reste n’est que de la poudre aux yeux et que les hommes politiques qui ne remettent pas fondamentalement en cause ce pouvoir occulte, sont soit achetés, soit menacés, soit idiots. Refusons le pouvoir mafieux des banksters, refusons ces hommes politiques qui s’y soumettent, nos débats riches de nos différences seront nos armes contre cette oligarchie transnationale qui veut imposer l’idée d’une dictature financière mondialisée. La non-violence, la vérité, l’imagination nous libèrera de l’esclavage des maîtres de la finance. Notre conscience de citoyens, doublée de notre créativité, est notre véritable richesse.

 

Nous refusons de travailler dans toute entreprise néfaste car c'est une atteinte à l’humanité. Valider une entreprise sur la seule satisfaction des profits envers ses propriétaires au lieu de valider son utilité sociale pour tous est un déni de ce qu’est l’entreprise : une action collective de production bénéfique à l'ensemble de la population. Nous refusons d’acheter et d'être berné par une presse aux ordres du pouvoir financier, c'est une atteinte à notre intelligence. Nous refusons d’alimenter les profits du marketing décorés de mensonges.

 

Nous refusons tout discours médiatique qui affirme une nécessité de l’austérité et de la croissance pour sortir d’une crise justifiée que par l’excès des profits et des disparités sociales. Nous rejetons le bonheur artificiel vendu par la télévision – le bonheur n’est pas dans la consommation, il ne peut être ni artificiel ni vendu, il est dans la joie de vivre dans un monde serein et beau. Nous refusons de nous soumettre au maître sournois mais bien réel qu’est le « système monétaire de Réserves Fractionnaires » ou, autrement dit, à la manipulation par la monnaie « dette » émise par les banques. Nous refusons de voter pour tout candidat aux élections nationales – législatives et présidentielles – qui n’aborderait pas le problème monétaire avec franchise et qui ne proposerait pas dans son programme de nationaliser les banques afin que l’argent devienne la propriété des peuples et non pas d’une infime minorité cachée (FEDgroupe Bilderberg). Arrêtons d’emprunter aux banques, aidons nous les uns les autres et retirons le maximum de nos comptes jusqu’à la réappropriation par l’État français de la capacité de contrôler à 100% l’émission monétaire sur le territoire national. Nous refusons de servir cette oligarchie dans la soumission à un salariat et de nous battre tous contre tous pour être des esclaves-salariés.

 

Nous en avons assez d’être considérés par l’oligarchie – banquiers, technocrates et politiques – comme du bétail et des abrutis, c’est pourquoi, à partir d’aujourd’hui, nous ne demandons plus, nous ne réclamons plus, nous ne crions plus, nous ne revendiquons plus, mais « nous EXIGEONS » ! Nous EXIGEONS que la monnaie soit dorénavant émise par la nation et non plus par les banques privées. Nous EXIGEONS un dividende sur la richesse nationale – un dividende citoyen. Nous EXIGEONS que les transports en communs en agglomération soient gratuits. Nous EXIGEONS une réhabilitation de tous les services publics livrés à la prédation financière. Nous EXIGEONS en impérieuse priorité un moratoire sur le commerce de l’armement. Nous EXIGEONS qu'il n'y ait plus de revendication de la colère le poing levé, mais que nous fassions « TOUS » la fête en clamant nos EXIGENCES en riant, en dansant et en chantant devant tous les palais présidentiels et les hauts commissariats de la planète ; et que nous refusons systématiquement de participer à tout conflit, à toute guerre conçue, développée, organisée, entretenue, imposée par nos politiques, nos banksters et leurs médias !

 

En totale priorité nous EXIGEONS que le travail – mot ayant pour origine torture – devienne partout et pour chaque intervenant une récréation, un plaisir, un moment privilégié et agréable pour tous, sans condition. Dans des environnements et des conditions valorisants de confort, de sécurité, sans rendement intempestif, sans compétition, sans pression morale, physique ou psychologique. Nos métiers doivent être une richesse, une source d'épanouissement professionnel et non un « job » pour survivre. Les métiers les plus durs doivent bénéficier de la meilleure reconnaissance financière. Il ne doit y avoir aucune pression sur nos métiers que la recherche de l’utilité sociale et chacun doit pouvoir apprendre tout au long de sa vie sans condition. Et pourquoi ne pas remplacer définitivement ce mot travail, ne pas désormais effacer ce mot dégradant de notre vocabulaire à tout jamais en le remplaçant par « activité professionnelle ».

 

Consommons moins et que des produits sains et fabriqués sainement. Boycottons les produits des multinationales. Informons-nous de la réalité et de la vérité sur notre société et faisons le savoir à nos amis et à notre entourage. Nous proposons de vivre autrement et de développer plus de liens avec nos voisins, nos collègues et nos concitoyens. Par leur propagande « Les Nouveaux Chiens de garde » s’efforcent de nous inculquer que le monde déteste le changement, c'est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser ! Ils dictent le discours « crédible » et nous manipulent pour nous faire croire qu’il n’y a pas d’alternative au capitalisme. Heureusement le Net est une bonne alternative à l’ostracisme que pratiquent les médias dominants envers tous les discours subversifs. Le point de basculement est à environ 10% d’une population donnée, donc si 10% de la population s’accrochait à une idée ancrée, cette idée serait reprise par la majorité de ladite population. Partout sur Terre des millions d’humains font la « révolution » pour préparer le monde de demain. Ce nouveau monde sera basé sur la vérité et la non-violence. La lutte politique de Gandhi est l’exemple par excellence comme quoi la non-violence active est la forme la plus subversive et la plus efficace de contestation et de transformation. Non-violence & Force de la vérité – Ahimsa et Satyagraha – sont les maîtres mots du combat politique de Gandhi et à plus ou moins long terme c’est une stratégie gagnante. La non-participation à la société de consommation – une limitation au nécessaire – et le refus de tout travail néfaste sont les deux jambes pour aller vers une nouvelle civilisation.

 

L’heure n’est plus à la démonstration que l’idéologie dominante, le néolibéralisme, le capitalisme, est un système fondamentalement nocif pour l’humanité et notre environnement. Le temps du soulèvement des hommes résolus et pacifiques est arrivé. Nous y sommes presque, alors ne lâchons rien ! Français-e, informez-vous, réveillez-vous et faites passer le message, nous sommes des millions ! Les puissants sont apeurés et ils ne réussissent à se maintenir au pouvoir uniquement parce que nous sommes à genoux. Alors, levons-nous et à partir du 1er janvier 2015, un seul « mot d'ordre » : Grève des marchandises !

 

Le monde change, informez-vous !

 

Texte collectif et anonyme à faire circuler, à envoyer par e-mail, à poster sur le net, à photocopier et à distribuer. Vous êtes d'accord sur le fond, mais ce texte ne vous satisfait pas tout à fait, alors ajoutez ou enlevez des mots, des phrases à votre guise, réécrivez-le ! De toute façon, vous ferez bien comme vous voudrez ;-) Texte à traduire et à adapter dans toutes les langues en fonction des cultures et du contexte politique de chaque pays.



14/07/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres