Fraternité Citoyenne

III – Le vrai pouvoir / la ploutocratie d'Occident

Pour ne pas perdre cette page lorsque vous cliquez sur un lien :

survolez le lien, faites un clic droit et choisir une option

 

 

 

 

 

III – Le vrai pouvoir

 

La ploutocratie d'Occident

 

 

 

Nous sommes reconnaissants envers le Washington Post, le New York Times, Time Magazine et d’autres grands journaux, dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il nous aurait été impossible de développer notre Plan pour le Monde toutes ces années durant si les projecteurs avaient été braqués sur nos activités. Le Monde est maintenant plus sophistiqué et plus préparé à accepter un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable au principe d’autodétermination nationale des peuples, pratiquée tout au long de ces derniers siècles. David Rockefeller dans son discours à la Commission Trilatérale en 1991

 

 

 

Je crois absolument dans une planification mondiale totale de l’économie, des affaires sociales, de la politique, de l’armée. Nous sommes à la veille d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial. Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des USA, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l’accusation, je suis coupable et fier de l’être. D. Rockefeller dans ses mémoires

 

 

 

Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. D. Rockefeller dans Newsweek International du 1er février 1999

 

 

 

Nous aurons un gouvernement mondial, que nous le voulions ou non. La seule question est à savoir si le Gouvernement Mondial sera instauré par l’adhésion, ou par la conquête. James Paul Warburg (1896-1969), officier de l’OSS et membre du CFR, le 7 février 1950, devant le Sénat des USA.

 

 

 

Le but du Council On Foreign Relations (CFR) est la dilution de la souveraineté américaine et de l’indépendance nationale dans un tout puissant gouvernement mondial unique. Chester Ward, Amiral à la retraite et ancien membre du CFR, dans un mémo en 1975.

 

 

 

Les banquiers gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde. Henry Makow

 

 

 

Le Forum économique mondial fonctionne comme une institution socialisante pour l’élite mondiale émergente, la « mafiocratie » des banquiers, des industriels, des oligarques, des technocrates et des politiciens de la mondialisation. Ils promeuvent des idées communes et servent des intérêts communs : les leurs. The Transnational Institute – tni.org

 

 

 

Dans cette partie, nous verrons quelle est la « philosophie », les manipulations, les actes, mais aussi le déclin de ceux qui sont véritablement au pouvoir en Occident et quelles sont les principales organisations qui dirigent le monde occidental d'aujourd’hui aux États-Unis d'Amérique (USA) – le cœur de l'Empire – et en France, vassal de l'Empire.

 

 

 

 

 

35 - La démocratie n'est qu'une illusion

 

 

 

 

 

36 - Le cercle des cercles : le Bilderberg - L’avènement d’une société mondiale

 

 

 

Organisations des maîtres du monde / Le Groupe de Bilderberg – syti.net/Organisations/Bilderberg.html

 

Le groupe Bilderberg dénoncé par le député Européen Anglais Gerard Batten – youtu.be/NL2TW2kVkLA

 

Le signe secret - Le groupe Bilderberg, c'est quoi exactement ? – youtu.be/NqV5zyxAq-g / dai.ly/xp9wuu (une enquête très complète)

 

 

 

 

37 - La Commission Trilatérale

 

 

 

La Commission Trilatérale – trilateral.org – est une organisation privée qui fut créée en 1973 à l'initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg et du CFR, parmi lesquels David Rockefeller, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski.

 

Cette organisation est donc semi-secrète et internationale. Elle réunit en son sein des personnages considérables, le plus souvent affiliés à d'autres sociétés secrètes comme la Franc-maçonnerie, le B'nai B'rith (fr.wikipedia.org/…Brith), le Groupe Bilderberg, le CFR, et qui ont entrepris de gouverner à leur manière le monde occidental, associés au Japon.

 

Trente ans d’une institution secrète, pouvoirs opaques de la Trilatérale – monde-diplomatique.fr/…677

 

La Commission Trilatérale contrôle le gouvernement Obama – voltairenet.org/…le (24/11/2011)

 

 

 

 

 

38 - Council on Foreign Relations

 

 

 

Le CFR – cfr.orgest une organisation américaine qui rassemble des leaders politiques ou économiques de haut niveau (comme Georges Bush, Henry Kissinger, ou David Rockefeller).

 

 

 

 

 

39 - Le Siècle et l'énarchie : "les clubs" du pouvoir en France !

 

 

 

La moitié des groupes du Cac40 sont dirigés par des inspecteurs des finances, c'est l'État qui les a formés pour défendre l'intérêt général, ils défendent maintenant les intérêts privés. Quasiment toutes les banques sont dirigées par des inspecteurs des finances, issus de Bercy, des anciens hauts fonctionnaires, et ils sont maintenant aux postés clés de la République. Laurent Mauduit – LA CASTE. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir – latribunedespirates.com/…pouvoir

 

 

 

La décision doit être consensuelle et collégiale – un vote contre annule deux votes pour – même procédure que chez les Francs-maçons où une boule noire (contre) annule deux boules blanches – lesiecle.asso.fr

 

 

 

« Le Siècle » est la matrice de la pensée unique – voltairenet.org/…la

 

 

 

 

 

40 - La French American Foundation et son programme Young Leaders

 

Une organisation non-lucrative, mais richement dotée, la French American Foundation (FAF), a depuis trente ans pour fonction de recruter les jeunes leaders appelés à occuper des postes de dirigeants pour les former au soutien de la politique atlantiste – french-american.org / frenchamerican.org/young-leaders

 

 

 

Le programme Young Leaders (YL) de la FAF a un rôle clé dans la collaboration entre la France et les USA. Il rassemble 400 dirigeants issus du monde de l’entreprise, de la haute fonction publique, de l’armée, des médias et de la recherche. Chaque année depuis 1981, une vingtaine de français et américains âgés de 30 à 40 ans et appelés à jouer un rôle important dans la société, sont sélectionnés par un jury en France et aux USA. Cette fondation a formaté avant qu’ils ne soient connus du grand public, des personnages tels que F. Hollande en 1996, A. Juppé en 1981, E. Macron et Cédric Villani (REM) en 2012, N. Dupont-Aignan en 2001, A. Montebourg en 2000, Nathalie Kosciusko-Morizet en 2006. Les Clinton y sont passés en 1984, Matthias Fekl (PS) en 2013, et d’autres comme Laurent Wauquiez, Fleur Pellerin, Najat Vallaud-Belkacem, Valérie Pécresse, David Kessler, Aquilino Morelle, Marisol Touraine (98), Pierre Moscovici et Denis Olivennes en 96, Henri de Castries et Laurent Joffrin en 94, Christine Ockrent en 83, Guy Sorman, Alain Minc … liste complète – frenchamerican.org/youngleadersclasses (cette fondation ne retient que 20 candidats par an. Quel flair !)

 

 

 

Ces derniers lui demandent de soutenir Macron puis ils invitent le futur premier ministre à la réunion Bilderberg qui se tient du 10 au 12 juin 2016 à Dresde. Une réunion se tient avec Christine Lagarde, Barroso et d’autres financiers. […] – corto74.blogspot.fr/…devenu.html

 

 

 

Empreinte US : Macron et Philippe, « Young Leaders » de la French-American Foundation – sptnkne.ws/ezpF / Tweet : La French-American Foundation est heureuse de compter parmi ses Young Leaders le Président de la République nouvellement élu, E. Macron (YL 2012) ainsi que le Premier Ministre Édouard Philippe (YL 2011). Nous leur adressons nos sincères félicitations ainsi que tous nos vœux de réussite ! Un relais des USA en France – voltairenet.org/article146888.html / dai.ly/x44tc1 (Interview de Pierre Hillard)

 

 

 

 

 

41 - La Société du Mont Pèlerin et la fondation Saint-Simon

 

 

 

Mont Pelerin Society – montpelerin.org – est une organisation internationale composée d'économistes, d'intellectuels et d'hommes politiques réunis pour promouvoir le libéralisme.

 

Friedrich von Hayek, pape de l’ultralibéralisme par Denis Boneau – voltairenet.org/article12761.html

 

 

 

La fondation Saint-Simon est l'organisation qui en a le plus fait pour la conversion idéologique de la gauche française au libéralisme économique.

 

La face cachée de la Fondation Saint-Simon par Denis Boneau – voltairenet.org/article12431.html

 



 

 

 

42 - Le cœur du pouvoir : La Fed

 

 

 

La Fed a le pouvoir de créer la monnaie à partir de rien. Il peut ainsi s'agir de monnaie sous forme de création d'emprunts par le biais d'une fenêtre d'escompte, à travers laquelle d'autres banques prêtent en vertu du taux d'intérêt escompté, ou bien de billets de banque imprimés par le Trésor, vendus à la Fed et payés par des fonds qu'elle a elle-même créés. En clair, c'est ce groupe privé de banquiers qui a le monopole de la planche à billets. Ce monopole échappe à tout contrôle et voit ses bénéfices garantis. Il n'a en outre à répondre à aucune question, pas plus qu'il n'a à présenter de comptes ou à remplir de déclarations annuelles. Il s'agit d'un monopole de l'argent qui ne connaît aucune limite. On a à l'évidence trompé le Congrès et le grand public des USA, et on leur a menti au moment où les débats ont porté sur la Fédéral Reserve Bank. Pourquoi ce monopole a-t-il perduré ? Parce que les gens sont paresseux – et tant qu'ils sont raisonnablement satisfaits de leur petit univers individuel, il n'y a aucune raison qu'ils s'interrogent sur les actions de la Fed. Et même si l'envie leur en prenait, rares sont les livres qui mettent véritablement les faits en lumière. Les universitaires n'ont que trop intérêt à protéger le monopole de la Fed. Un livre produit par un universitaire qui critiquerait la Fed ne trouverait pas le moindre éditeur, et l'économiste qui l'écrirait aurait toutes les chances de ne pas obtenir de chaire universitaire. Le livre d'Antony Sutton est le premier à détailler, heure par heure, les événements qui ont conduit à l'approbation de la loi de 1913 sur la Fédéral Reserve, ainsi que les décennies de travail et de projets secrets qu'ont investis les banquiers pour obtenir leur monopole de l'argent.

 

 

 

*Ce livre est un monument ! Eustace Mullins était un ancien combattant de l'US Air Force qui a effectué 38 mois de service actif durant la Deuxième Guerre Mondiale. Il a fait ses études dans les universités de New York, du Dakota du Nord et de l'Ohio entres autres. Le livre original, publié sous le titre "Mullins On The Federal Reserve" fut commandé par le poète Ezra Pound en 1948. E. Pound fut prisonnier politique pendant 13 ans en HP à Washington-DC. Sa libération fut permise grâce aux efforts de M. Mullins. Publié en 1952, ce livre fut la première révélation circulant au plan national sur les réunions secrètes des banquiers internationaux qui se déroulèrent sur l'île de Jekyll, en Géorgie, entre 1907 et 1910, où fut rédigé le projet du Federal Reserve Act de 1913. Au cours des 40 années qui suivirent, l'auteur a continué à rassembler de nouvelles informations encore plus saisissantes sur le passé des personnes qui ont orienté la politique de la Fed. Les nouvelles informations collectées au fil des ans, à partir de centaines de journaux et de livres, donnent un aperçu corroborant les relations qu'entretiennent entre elles les maisons bancaires internationales. Dans l'avant-propos du traducteur, J.-F. Goulon écrit : « […] Rockefeller apparaissait au centre de toutes les entreprises de contrôle planétaire. Commission Trilatérale, CFR, Université de Chicago (créée par son grand-père) … et, à présent, le Bilderberg. Averell Harriman, de la banque Brown Brothers, Harriman, avait quant à lui financé une partie de la machine de guerre nazie et échappé en 1942 à des poursuites pour intelligence avec l'ennemi, pour devenir dès 1945 l'ambassadeur des USA auprès de la Grande-Bretagne. […] Dans les secrets …, E. Mullins nous apporte un éclairage saisissant sur les puissants qui se cachent derrière le « Novus Ordo Seclorum », le nouvel ordre du monde, et comment ils ont construit la Mondialisation. L'auteur plonge au cœur de cette vaste entreprise politico-économico-médiatique et nous livre les secrets qu'il a découverts au cours de plus de 30 années de recherches. L'expédition secrète de Jekyll Island, une étude des personnages centraux de la conspiration de la Fed avec son lot de trahisons, de complots, d'alliances, de mariages et de fortunes colossales accumulées. Les liens secrets qui unissaient entre eux les grands banquiers de l'époque qui contrôlaient non seulement les richesses de la planète mais aussi la décision politique. On apprend comment s'élisent les présidents des USA et comment la stratégie financière de haute-voltige permet de manipuler les peuples. Les premiers chapitres exposent la façon dont les banquiers et leurs complices au Congrès des USA mirent en œuvre la conspiration qui conduisit à la création de la Fed. Les chapitres suivants démêlent l'écheveau de cette gigantesque cabale et nous conduisent dans les capitales européennes de la finance, Londres, Paris et Berlin, depuis les guerres napoléoniennes jusqu'à l'accession au pouvoir d'Hitler. Les derniers chapitres sont consacrés au décryptage des événements qui ont marqué la première moitié du 20e siècle et le rôle qu'y ont joué les grands financiers internationaux, en particulier pour la Première Guerre Mondiale, la grande crise agricole de 1920 aux USA et bien entendu, la Grande Dépression des années 30. »

 

 

 

 

 

43 - La Banque centrale des Banques centrales

 

 

 

La Banque des règlements internationaux – fr.wikipedia.org/…internationaux – BRI ou Bank for International Settlements (BIS) est créée en 1930, et c’est la plus ancienne organisation financière internationale.

 

 

 

Comment donc la BRI parvient-elle à réaliser la “stabilité monétaire et financière” ? Un article publié sur Investors Insight – investorsinsight.com – décrit comment cela est accompli.

 

 

 

Un article publié sur CNBC et intitulé : Central Banks: How They Are Ruling the Financial Worldcnbc.com/id/100311751 – détaillait l’impact énorme qu’ont eu les Banques centrales sur le système financier mondial en 2012.

 

 

 

La présence d’une banque centrale est-elle compatible avec la souveraineté étatique ? Par Valérie Bugault – lesakerfrancophone.fr/…etatique

 

Histoire des banques centrales et de l’asservissement de l’humanité – susauxbanques.wordpress.com/…lhumanite

 

 

 

 

 

44 - Le pétrole et le Pic, les banksters US et la BRI

 

 

 

Selon Carrol Quigley (1910-1977) – fr.wikipedia.org/…Quigley – la BRI faisait partie d’un plan, dont l'ambition est de créer un système mondial de contrôle financier qui serait dans les mains du secteur privé. Il serait capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie totale du monde. Il pourrait contrôler de manière féodale les Banques centrales du monde agissant de concert par accords secrets. Voir "Histoire secrète de l'oligarchie Anglo-américaine" (2015) ; "The Anglo-American Establishment: From Rhodes to Cliveden" (1981) et "Tragedy and Hope: A History of the World in Our Time" (1966) – carrollquigley.net/…Hope.pdf (35 Mo).

 

 

 

Dans le monde des assurances, les Rockefeller contrôlent Metropolitan Life, Equitable Life, Prudential and New York Life. Les banques Rockefeller contrôlent 25 % de tous les biens des 50 plus grandes banques commerciales des USA, et 30 % de tous les biens des 50 plus grandes compagnies d’assurance US. La toute première compagnie d’assurance fut lancée aux USA par les francs-maçons au travers de leur entité Woodmen’s of America, jouant un tout premier rôle dans le blanchiment de l’argent de la drogue aux Bermudes. Alors que leur richesse pétrolière gonflait, la famille bougea vers des investissements en aval de la production, achetant des entreprises qui fabriquaient des produits à base de pétrole. Les Rockefeller contrôlent 40 % de l’industrie pharmaceutique américaine.

 

 

 

Le cours officiel du baril de pétrole – prixdubaril.com

 

Une rétrospective historique en quelques minutes – dai.ly/x3ejju

 

Pétrole & le Pic. Oil, smoke & mirrors – youtu.be/N6porZSebrM (VOSTFR. Au travers d’une série d’interviews, ce film montre que les événements du 11 septembre et les poursuites de la soi-disant "guerre au terrorisme", peuvent être mieux compris dans le contexte plus large de la crise pétrolière)

 

ASPO France est une association qui poursuit 3 objectifs principaux : informer sur les ressources mondiales de pétrole et de gaz naturel et leurs incertitudes ; expliquer la réalité du phénomène de déplétion ; étudier la déplétion et ses conséquences en tenant compte de la demande en énergie ainsi que des aspects technologiques, économiques, sociaux et politiques – aspofrance.org

 

Post Carbon Institute’s mission is to lead the transition to a more resilient, equitable, and sustainable world by providing individuals and communities with the resources needed to understand and respond to the interrelated ecological, economic, energy, and equity crises of the 21st century. We envision a world of resilient communities and re-localized economies that thrive within ecological bounds – postcarbon.org

 

 

 

 

 

45 - L'hégémonie US

 

 

 

Le capital doit assurer sa propre protection par tous les moyens possibles, grâce à la coalition et à la législation. Les dettes doivent être collectées et les hypothèques interdites le plus rapidement possible. Lorsque les personnes ordinaires perdent leurs maisons à travers le processus de la loi, elles deviennent plus dociles et peuvent plus facilement être dirigées grâce au bras fort du gouvernement représenté par les principaux acteurs financiers et par une puissance centrale due aux richesses. Ces vérités sont bien connues de nos principaux intervenants qui s’appliquent désormais à créer un impérialisme permettant de gouverner le monde. En divisant les votants grâce au système des partis politiques, nous les manipulons afin qu’ils dépensent toute leur énergie pour des problèmes n’ayant aucune importance. C’est donc grâce à une action discrète que nous garantirons la pérennité de ce que nous avons si bien planifié et accompli. 1924 US Banker’s Association Magazine

 

 

 

The 9/11 Conspiracy Theory! (en 5 min) – youtu.be/l47D5ISemds / Les attentats du 11-Septembre expliqués en 5 min – youtu.be/tnWAugpHGCI (exact, pertinent et drôle, à voir absolument)

 

11 Septembre, des psychologues expliquent pourquoi vous refusez de voir la vérité – youtu.be/6jgI1Cmtg8Y

 

1950-1990, les armées secrètes de l’OTAN. Le réseau italien Gladio (Glaive), faisait partie d’un système plus vaste, le Stay-Behind, à partir duquel nous pourrions tirer quelques enseignements utiles pour lutter contre le terrorisme actuel. Rappelons que, durant les années 80, l’Europe fut en proie à une vague terroriste aussi meurtrière que celle d’aujourd’hui. Cette vidéo nous en donne un bref rappel historique → youtu.be/9SyH1IiUc4I

 

Forum de Davos – weforum.org

 

Skull and Bones, l’élite de l’Empire – voltairenet.org/article14367.html

 

 

 

 

 

46 - L’État profond américain

 

 

 

« L’État profond américain », un système informel et méconnu, dont l’influence sur l’Histoire contemporaine est absolument majeure. En dehors du cadre légal, celui-ci conditionne secrètement les politiques officielles de l’État public à Washington. "L'État profond américain : La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle" (2015) - "The American Deep State: Wall Street, Big Oil, and the Attack on U.S. Democracy" (2014) par Peter Dale Scott (1929- ), universitaire canadien, professeur émérite de littérature anglaise à l’université de Berkeley en Californie – fr.wikipedia.org/…Scott / L'État profond américain / Peter Dale Scott – youtu.be/luRsUYwVT0s / Interview de P. Dale Scott – youtu.be/i4dcmJALM8k / L’État profond américain. La finance, le pétrole et la guerre perpétuelle – planetes360.fr/…perpetuelle

 

 

 

Dans ce livre, Scott décrit le processus de militarisation croissante des USA, en particulier depuis le 11 septembre 2001. Il analyse en profondeur chaque aspect du système orwellien de sécurité nationale – écoutes et surveillance illégales, loi martiale, détentions arbitraires massives, usage de la torture, assassinats ciblés. Il explique l’origine de cette dérive sécuritaire et de l’accroissement des inégalités de revenus que connaît ce pays depuis la guerre du Vietnam. Il montre comment les services de renseignement et l’armée des USA sont dorénavant impliqués de façon permanente dans le maintien de l’ordre. Ce gouvernement secret ne se limite pas à ces services secrets, et l’auteur décrit notamment l’influence excessive d’entreprises privées telles que Booz Allen Hamilton (l’ex-employeur d’Edward Snowden) et la SAIC : 70 % des budgets du Renseignement aux USA étant aujourd’hui sous-traités. Pourtant, derrière ce système opaque, où la distinction entre « public » et « privé » semble pour le moins ténue, les agences publiques (la NSA, la CIA, le JSOC, le Pentagone, etc.) qui forment cet État profond n’en représentent qu’un seul niveau. En effet, leur pouvoir provient également de leurs connexions cruciales à des banquiers de Wall Street alliés aux « super majors », les plus grandes compagnies pétrolières internationales. L’auteur explique comment le pétrole saoudien et les contrats d’armement US ont pérennisé une relation spéciale entre les USA et l’Arabie Saoudite.

 

 

 

Extrait de l'avant-propos de l’auteur : L’État profond américain renforce le milieu supranational des super-riches (le « supra monde »), dont seulement 80 d’entre eux possèdent autant que 3,5 milliards d’êtres humains. Grâce à la croissance récente et colossale de la richesse à travers le monde, ceux qui composent « l’élite du pouvoir globalisé » réunie chaque année au Forum de Davos ont aujourd’hui plus d’influence sur la gouvernance mondiale que ceux qui siègent à l’Assemblée Générale des Nations Unies. Ce qui est bien la preuve que la croissance tellement « sollicitée » n’est faite que pour les plus riches, au détriment de la plupart des autres… et de la Vie sur Terre. Les participants de Davos n’ont pas besoin de donner leurs instructions à l’État profond américain, qui s’est structuré pour satisfaire les intérêts de Wall Street et d’autres milieux, dont celui du crime organisé. Certains éléments de ce supra monde font partie des « élites de l’ombre, dont l’influence découle de moyens illicites ou non-conventionnels. » D’autres acteurs, tels que le vendeur d’armes saoudien Adnan Khashoggi – qui fut autrefois appelé « l’homme le plus riche du monde » – font partie intégrante de l’histoire de l’État profond américain. En France, l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine pourrait incarner – à l’image de Khashoggi outre-Atlantique – un État profond français aux ramifications globales.

 

 

 

Depuis l’après-guerre, ce système de gouvernance opaque et informel s’est progressivement internationalisé. Dans les années 1980, William Casey – le directeur de la CIA sous la présidence Reagan – contourna sa propre Agence pour financer la guerre secrète contre les Soviétiques en Afghanistan. Pour ce faire, il eut recours aux services de la BCCI (Bank of Credit and Commerce International), une multinationale bancaire corrompue et impliquée dans le trafic de drogue global, qui était enracinée au Pakistan, au Luxembourg, en Arabie Saoudite, ainsi qu’à Abou Dhabi. Plus récemment, des éléments de l’État profond américain – notamment la puissante entreprise de services pétroliers Halliburton –, se sont mis à l’abri de la supervision des autorités US en délocalisant leurs sièges sociaux dans les capitales moins régulées du Golfe Persique.

 

 

 

Pendant deux décennies, depuis l’attentat à la station Saint-Michel du RER B en 1995 jusqu’à ceux de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’Hyper Cacher début 2015, la France a souffert du terrorisme. La vague d’attentats de l’été 1995 en France fut perpétrée par d’anciens moudjahidines ayant combattu en Bosnie ; le chapitre 4 de ce livre décrit comment cette campagne bosniaque a notamment été soutenue par le centre Al-Kifah de Brooklyn, New York – qui était alors protégé par les autorités US. Dans cet ouvrage, je retracerai l’historique de la protection et du soutien clandestins, par les USA, de réseaux terroristes pourtant considérés comme ennemis.

 

 

 

Ce processus est étroitement lié à la prétendue guerre « contre » le terrorisme lancée par George W. Bush en 2001, et menée avec la coopération de l’Arabie Saoudite, du Qatar et du Pakistan. Or, les élites de ces trois pays ont été les principaux soutiens financiers et politiques des réseaux djihadistes que les USA sont censés avoir combattus jusqu’à présent. Dans le même temps, les plus farouches opposants à ces terroristes sunnites – les gouvernements d’Irak, de Libye, de Syrie et d’Iran – ont été renversés (Irak et Libye), déstabilisés avec l’appui des USA et de la France (Syrie) ou sanctionnés et menacés en tant qu’éléments de « l’Axe du Mal » (Iran). Selon des estimations crédibles, cette guerre « contre » le terrorisme aurait engendré au moins 1,3 million de morts en Afghanistan, en Irak et au Pakistan depuis 2001 – une campagne militaire globale que j’ai rebaptisée « guerre de terreur » dans le chapitre 6 de cet ouvrage.

 

 

 

La stratégie commune des USA et de l’Arabie Saoudite dans la défense du système des pétrodollars a sous-tendu ces politiques perverses et dangereuses. Ainsi, les importations de pétrole du Golfe Persique – qui sont réglées en dollars – ont été compensées par les exportations d’armes vers les pétromonarchies, dont le royaume des Saoud qui en fut le premier importateur en 2014. Comme je l’explique dans ce livre, une part des profits de ces contrats d’armement ont été utilisés pour financer des opérations clandestines, comme l’Iran-Contra ou la guerre secrète en Afghanistan dans les années 1980.

 

 

 

 

 

47 - Un ancien de la BM affirme que le système monétaire occidental est une escroquerie

 

 

 

L’économiste et géopolitologue Peter Koenig, ancien employé de la Banque mondiale, a expliqué à Sputnik radio que la décision de la plus grosse banque russe, Sberbank, de fournir au marché chinois de 10 à 15 tonnes d’or d’ici 2018 n’est que le prolongement des accords commerciaux et économiques entre la Chine et la Russie. « Aussi bien le rouble que le yuan sont entièrement garantis par l’or, il ne s’agit donc que d’une étape d’un projet plus vaste et assez avancé visant à dédollariser leur économie », a-t-il déclaré. « L’ensemble du système monétaire occidental est tout simplement une escroquerie. Il a été créé par le privé et il appartient au privé. Tous les transferts internationaux doivent transiter via les banques de Wall Street, c’est la seule raison pour laquelle les USA peuvent infliger des sanctions à leur guise aux pays qui refusent de se plier aux diktats de Washington. » Mais d’après Koenig, cela pourrait changer rapidement parce que la Chine et la Russie travaillent pour obtenir rapidement leur indépendance économique.

 

 

 

Il a également déclaré que les nations qui composent l’organisation de coopération de Shanghai et les pays des BRICS « n’ont vraiment pas besoin de l’Occident pour survivre, vu qu’ils totalisent plus de 50 % de la population mondiale ». L’économiste a ajouté que la Chine et la Russie sont les plus gros producteurs mondiaux d’or. Le seul problème avec le métal jaune est qu’il est sous le contrôle du système monétaire occidental. « Depuis ces 5 dernières années, la Chine, la Russie et les autres membres de l’organisation de coopération de Shanghai échangent de l’énergie non plus contre des dollars, mais en échange de leurs devises locales ou d’or », a-t-il déclaré.

 

 

 

Il a également évoqué l’émergence du pétrodollar, et comment les autres pays du Moyen-Orient ont été forcés de vendre leur production en dollars afin d’éviter des représailles lourdes de conséquences. « Ceux qui ont voulu enfreindre cette loi tacite et injuste l’ont payé très cher, comme Saddam Hussein lorsqu’il a déclaré qu’il allait vendre son pétrole en euros et non en dollars. Nous savons ce qu’il s’est passé ensuite. On sait également ce qu’il s’est passé avec Kadhafi qui avait des idées semblables. Pour sa part, l’Iran a été accusé d’avoir des armes nucléaires », a déclaré l’économiste. Selon lui, cette arnaque doit cesser immédiatement. La Chine et la Russie proposent une alternative. Pour en revenir à Sberbank, l’une de ses filiales suisses est désormais active sur le Shanghai Gold Exchange où elle vend de l’or physique. In Gold We Trust: How the 'Entire Western Monetary System is a fraud' – sptnkne.ws/fwg7 (07/09/17)

 

 

 

 

 

48 - Les interventions des USA dans la vie politique internationale

 

 

 

Les USA ont fait 50 interventions dans des pays étrangers depuis 1945. La Russie a 5 bases militaires à l’étranger quand les USA en ont 725, et son budget militaire pèse 8 % du budget du Pentagone. Moscou, à la différence de Washington, ne finance aucune organisation terroriste, ne dénonce aucun traité de désarmement, n’inflige aucun embargo à des populations, ne fait assassiner aucun chef d’État et ne menace personne du feu nucléaire.

 

 

 

Les Vietnamiens et les Cubains devront se battre durement pour repousser un impérialisme qui liquida de nombreux gouvernements progressistes, de Mossadegh et Lumumba à Soekarno, Goulart et Allende. Arme privilégiée des classes dominantes, l’ingérence n’a jamais servi les peuples. L’ingérence est réactionnaire. Aucune philosophie des circonstances atténuantes, aucune religion des droits de l’homme ne la fera paraître plus reluisante en l’aspergeant d’eau bénite. On ne peut se prévaloir de l’universalisme que pour se l’appliquer à soi-même, et non pour donner des leçons aux autres. Il n’y a rien à attendre de la droite, car elle finit toujours par obéir aux puissances d’argent. Mais ce qui reste de la “gauche” occidentale gagnerait à méditer les enseignements de l’histoire. “Le prolétariat victorieux, disait Engels, ne peut imposer le bonheur à aucun peuple étranger sans miner sa propre victoire”, et Lénine affirmait contre ses camarades marxistes “le droit des nations à disposer d’elles-mêmes” en toutes circonstances.

 

 

 

Coups d'État, assassinats politiques, financement de l'opposition, chantage, corruption, propagande : les USA ont usé de tous ces stratagèmes pour s'ingérer dans la vie politique de différents pays du monde depuis la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 

Sputnik a recensé près de 50 cas d'intervention directe de Washington dans les élections d'États étrangers et revient sur les faits les plus marquants d'ingérence américaine dans la politique et le processus électoral d'autres pays. Les principaux acteurs américains de ces interventions étaient la CIA, le Pentagone et le département d'État avec souvent le soutien de groupes industriels et financiers. Quelques exemples :

 

 

 

Grenade 1983. Objectif : Renverser le gouvernement communiste. Moyens : Invasion militaire. Le rapprochement de la Grenade et de Cuba avec l'URSS inquiétait les USA. Après l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement communiste radical, le président américain R. Reagan a donné l'ordre d'y envoyer l'armée. Résultat : abandon de l'idéologie de gauche, collaboration avec les USA.

 

 

 

Panama 1989. Objectif : Écarter du pouvoir Manuel Noriega. Préservation de la navigation via le canal de Panama. Moyens : invasion militaire, Washington a envoyé 26000 soldats face à une armée panaméenne composée de 12000 hommes. Résultat : l'opération a été condamnée par la communauté internationale, on a déploré de nombreuses destructions et victimes civiles et Noriega a été extradé vers les USA où il a été condamné. Arrivée au pouvoir du second candidat à la présidentielle Guillermo Endara. Rappelons que le général Noriega a longtemps dirigé le renseignement militaire du Panama avant d'être placé en 1983 à la tête de la Garde nationale du pays. Sachant qu'il entretenait des liens étroits avec la CIA, dont le directeur de l'époque, William Casey, avait déclaré que Noriega « remplissait des tâches importantes pour le gouvernement des USA ». Alors qu'il n'était pas le président du pays, Noriega avait tout de même les pleins pouvoirs à Panama – ce qui lui était reproché. Le général Noriega a activement collaboré avec la CIA pendant de nombreuses années. Mais en 1984, sur fond de détérioration des relations entre Noriega et les USA, une tentative de coup d'État a eu lieu, finalement réprimée par le général. Inquiets de la perte de contrôle sur leur ancien agent, les USA ont décrété un blocus économique contre le pays et ont entamé des pourparlers pour renvoyer Noriega. Le 20 décembre, le président George H. W. Bush a donné l'ordre d'envahir le Panama sous prétexte de :

 

1/ protéger les citoyens américains au Panama ; 2/ « soutenir la démocratie et les droits de l'homme » ; 3/ arrêter Noriega suspecté de trafic de drogue ; 4/ assurer la mise en œuvre de l'accord Torrijos-Carter qui garantissait aux USA un libre-accès au canal de Panama (en prévoyant l'usage de la force militaire pour garantir ce droit). En dépit des armes de « haute précision » des Américains, les sources panaméennes font état de 3000 morts parmi les militaires et les civils, alors que les USA n'en reconnaissent que 516. La crise politique s'est durcie dans le pays et en décembre 1989, après une période de turbulence qui a tourné à une nouvelle tentative de coup d’État organisée par les Américains, les autorités ont accordé à Noriega des pouvoirs spéciaux tout en proclamant l'état de guerre entre le Panama et les USA.

 

 

 

Ukraine 2004-2013. Objectif : étendre l'influence des USA sur les pays frontaliers de la Russie, contrôler la mer Noire, renforcer la présence militaire de l'Otan à proximité des frontières russes. Moyens : financement des campagnes électorales de certains candidats et partis d'opposition. Résultat : Euromaïdan, renversement du président Viktor Ianoukovitch, guerre civile et crise économique.

 

 

 

Libye 2011. Objectif : renverser Mouammar Kadhafi. Moyens : les USA ont d'abord fourni des armes à différents groupes armés pour combattre l'armée et les forces de l'ordre libyennes, puis ils sont intervenus en Libye sous couvert de l'Otan, profitant d'une résolution adoptée au Conseil de sécurité des Nations unies sur la création d'une zone d'exclusion aérienne dans le pays. Résultat : M. Kadhafi a été renversé et assassiné au cours d'un raid de groupes armés contre son convoi. Des dizaines de milliers de civils sont morts. Apparition de deux gouvernements dans le pays qui continuent d'être en conflit et ne se reconnaissent pas, alors que les forces armées sous leur commandement entrent souvent en confrontation. De facto, le pays a cessé d'exister en tant qu'État uni et des troupes islamistes – y compris celles du groupe terroriste Daech – se sont installées dans plusieurs villes. Les champs pétroliers ont cessé d'apporter d'importants revenus au pays étant donné qu'une grande partie des gisements a été saisie par Daech ou d'autres groupes armés.

 

 

 

Syrie 2011-2017. Objectif : renverser le gouvernement de Bachar el-Assad. Moyens : financement par les USA de groupes d'opposition dans le but de renverser le gouvernement, blocage des investissements étrangers dans le pays et mise à mal des réformes économiques. Avec le début de la guerre civile en Syrie (2011), le gouvernement américain a exigé de B. el-Assad qu'il renonce à son poste présidentiel. Les USA ont décrété un embargo pétrolier pour mettre le pays à genoux et, depuis 2013, entraînent en Jordanie des islamistes syriens en leur fournissant des armes et de l'argent. Résultat : début d'une guerre civile dans le pays. En six ans, la Syrie s'est transformée en terrain fertile pour la formation de différents groupes terroristes, dont les plus importants sont Daech et le Front al-Nosra. Des millions de civils syriens ont dû quitter leur foyer et fuir dans les pays voisins ou devenir des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays. Près de 500 000 personnes ont été tuées au cours du conflit et à cause des attentats qui y sont liés – fr.sputniknews.com/…mondiale

 

 

 

La Guerre Syrienne pour les Nuls - Trois versions – fr.sott.net/…versions

 

Les guerres illégales de l’OTAN. Une chronique de Cuba jusqu’à la Syrie par D. Ganser – lesakerfrancophone.fr/…lotan

 

 

 

 

 

49 - Le déclin du cœur de l’Empire – les USA – est commencé depuis plusieurs années.

 

 

 

La Russie partage les inquiétudes des pays BRICS face à l’injustice de l’architecture financière et économique mondiale, qui ne tient pas compte du poids croissant des économies émergentes. Nous sommes prêts à travailler avec nos partenaires pour promouvoir les réformes de la réglementation financière internationale et surmonter la domination excessive d’un nombre limité de monnaies de réserve. Vladimir Poutine lors du sommet des BRICS à Xiamen le 5 septembre 2017.

 

 

 

L'essor de la dette privée dans le monde inquiète – lesechos.fr/…inquiete.htm

 

Compteur de la dette américaine en direct – usdebtclock.org

 

248 000 postes créés aux USA : la réalité derrière les chiffres (octobre 2014) – or-argent.eu/…chiffres

 

 

 

Les trois plus gros détenteurs de BdT américain (home.treasury.gov) ont quelque peu réduit leur réserve : le Japon a abaissé ses BdT de 12 Mds $, passant de 1 043 à 1031 Mds $, l’Irlande de 17 Mds $, passant de 317 à 300 Mds $, et la Chine a vendu près de 6 Mds $ de titres américains en mars et avril 2018, passant de 1188 Mds $ à 1182 Mds $. Pékin, premier créancier des USA, détient un cinquième de la dette américaine à l’étranger. La Chine acquiert également beaucoup d’or.

 

 

 

Le lancement du « petro-yuan » par la Chine sonne le glas de la domination du dollar – rt.com/…contract (26/10/17)

 

 

 

Un Empire que l’on ne craint plus est un Empire à l’agonie. L’Empire US ne se bat plus aujourd’hui pour grandir, ni même pour se maintenir, il se bat pour freiner son déclin. Et si l’Empire n’est certes pas mort et conserve une terrible capacité de nuisance, il n’en est pas moins vaincu.

 

 

 

Les limites de la quincaillerie – entrefilets.com/techno_bogue.htm

 

The Economist : les cinq faiblesses de l’armée américaine – sptnkne.ws/b4mZ (1/ les bateaux de la Marine militaire sont devenus vulnérables aux missiles sol-mer. 2/ les bases aériennes américaines régionales sont faiblement protégées contre les attaques surprise. 3/ l’aéronautique américaine a de plus en plus de mal à repérer les missiles portatifs. 4/ les DCA modernes sont capables d'abattre les avions à très longue portée. 5/ les satellites-espions américains ne sont pas protégés contre les attaques).

 

Les nouvelles armes MHD de Poutine – youtu.be/jE4SYgs3AKs

 

Les nouvelles armes Russes en vidéo – rusreinfo.ru/…video

 

La Russie développerait une arme secrète « plus puissante » que la bombe nucléaire, capable de mettre hors de combat des armées entières, s’alarme le Daily Star. Le média fait savoir que l'industrie de la défense russe aurait conçu un puissant missile électromagnétique, l'Alabouga, capable de désactiver les ogives de missiles et les systèmes de communication à bord des avions ennemis à une distance de 3,5 km – sptnkne.ws/f9f5

 

Perdre la suprématie militaire – lesakerfrancophone.fr/perdre-la-suprematie-militaire

 

Selon un rapport du Congrès, les USA ne sont pas certains de gagner une éventuelle guerre contre la Chine ou la Russie – opex360.com/…russie (15/11/18)

 

 

 

L'approvisionnement pétrolier mondial a été selon l'EIA en 2016 de 97,2 millions de barils par jour (Mb/jr), comprenant : 80,6 Mb/jr de pétrole brut ; 10,7 Mb/jr de condensats (gaz de schiste) ; 3,3 Mb/jr d'hydrocarbures liquides non-pétroliers ; 2,6 Mb/jr de gains au raffinage – planetoscope.com/…petrole.html

 

 

 

Dans leur livre, "Revolution Required" (On demande une révolution), deux anciens dirigeants de la BRI avertissent que la prochaine implosion du « modèle de croissance financé par la dette » sera encore plus catastrophique. Leur manifeste est un réquisitoire implacable contre le « modèle de croissance financé par la dette » suivi aveuglément par le G7 et tout spécialement contre les politiques monétaires dites « non-conventionnelles » de leurs Banques centrales. Le modèle économique actuel, édifié sur une augmentation insoutenable de la dette, la course aux armements et l’usage immodéré du carbone, va se terminer. En lieu et place, il faudra travailler à la mise en place d’un modèle durable, économe en carbone ; mettre fin à l’escalade militaire ; placer l’intérêt général au-dessus de celui d'un petit nombre ; distribuer plus équitablement les fruits de l’activité économique. Il est probable que l’État jouera à nouveau un rôle élargi, après avoir été depuis des décennies au service d’intérêts économiques et financiers. Vu d’ici, passer du modèle G7 actuel à un modèle fondé sur le bien commun peut être regardé comme une utopie. Elle peut très vite se transformer en impératif catégorique. » Rien, en effet, n’exprime mieux la faillite de la gouvernance mondiale que d’avoir abandonné la gestion des conséquences de la crise à ceux qui avaient contribué à en créer les conditions par une politique monétaire systématiquement biaisée en faveur de l’injection de monnaie. « Apprentis sorciers », les dirigeants des principales Banques centrales, à commencer par la Fed, apparaissent surtout comme des pompiers-pyromanes. Leur réponse à la crise d’un modèle de croissance fondé sur l’endettement exponentiel des principaux agents économiques, publics et privés, aura été de doubler ou tripler la mise, les prétendus « gardiens de la monnaie » transformant en quelques années les bilans de leurs vénérables institutions en gigantesques fonds spéculatifs, gorgés d’actifs de qualité douteuse. De 2007 à 2017, les actifs des Banques centrales des pays du G7 ont bondi de 3000 à près de 15000 milliards de dollars. « La dimension de la bulle créée par la politique de taux d’intérêts négatifs et d’assouplissement quantitatif a conduit Bill Gross* à comparer la situation financière actuelle à l’émergence d’une supernova, l’explosion massive qui se produit à la fin du cycle de vie d’une étoile », écrivent les auteurs – postjorion.wordpress.com/…tiree

 

 

 

En avril 2011, il a suscité les commentaires des médias en exprimant une opinion très négative vis-à-vis du risque représenté par les investissements dans la dette souveraine américaine et en décidant de vendre en mars la totalité des bons du Trésor américain que le Pacific Investment Management possédait. Commentant la dette américaine, il précisait : « Nous sommes plus Grecs que les Grecs ».

 

Syrie : sang contre pétrole, l’ultime guerre du Pipelineistan / Non, la Syrie n’est pas connue pour avoir beaucoup de pétrole elle-même, mais elle est en travers du chemin du gaz du Moyen-Orient vers l’UE, par Pepe Escobar – lesakerfrancophone.fr/…pipelinestan (décembre 2015)

 

Exclusif ! Ukraine on Fire - Un documentaire produit par Oliver Stone – agoravox.tv/…298

 

 

 

 

 

50 – Dictature des banquiers ? Complot ? Non, juste la réalité du pouvoir en Occident !

 

 

 

Une politique monétaire indépendante est la clé de la souveraineté nationale. Lors d’un discours prononcé le 25 avril 2017 pour le 10e anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des autochtones, le président de la Bolivie Evo Morales a averti que les banques « contrôlaient le monde », et a exhorté les pays à rejeter le militarisme des USA et la servitude financière. Voici quelques faits saillants de son discours : « La crise financière a été générée par les banques. Ce sont elles qui contrôlent le monde. Elles contrôlent le système financier. Elles sont le véritable gouvernement du monde. Il n’y a pas d’élections pour elles, mais elles continuent néanmoins à gouverner. Il est de mon devoir de vous informer de ce que nous avons réalisé en Bolivie. Grâce à l’éveil des consciences au sein de notre peuple, et des organismes sociaux, nous avons retrouvé notre identité, et par là, notre dignité et notre souveraineté. Nous avons récupéré notre terre et notre espérance. Et nous sommes en train de la transformer en une réalité quotidienne. Et la Bolivie, avec une grande fierté, est en mesure d’affirmer qu'aujourd’hui, nous sommes alphabétisés à cent pour cent. Nous n’avons pas de bases militaires américaines sur notre territoire. La Bolivie est libre vis-à-vis des fonds monétaires et nous pouvons définir notre propre politique monétaire sans aucune ingérence extérieure. La Bolivie est libre vis-à-vis des doctrines et des bases militaires étrangères. Il est très important pour nous d’avoir le contrôle de nos propres ressources naturelles. Ce que nous avons réalisé dans un pays comme le mien est un exemple de ce que nous sommes en mesure de faire au niveau mondial. » Evo Morales Ayma at the 10th anniversary of UN Declaration on Indigenous' rights – youtu.be/V55bHAIGUsY

 

 

 

L'oligopole bancaire, une « hydre mondiale ». Pourquoi les États sont les otages de 28 banques qui gouvernent le monde. Dans cette interview, François Morin n’est ni une Cassandre de la Bourse ni un prophète de malheur des marchés : il nous dresse un constat lucide et alarmant, à la fois sur les dettes publiques des États partout en forte hausse, accompagné d’un risque déflationniste et d’une instabilité des prix des matières premières, sans oublier la question posée par la trentaine d’institutions bancaires systémiques. Il suffit qu’une seule de ces banques connaisse un problème de liquidités pour que l’effet domino qui s’ensuivrait jette toute l’économie mondiale par terre du jour au lendemain : un scénario qui hélas ne relève pas de la science fiction, d’autant que contrairement à 2008, le matelas protecteur constitué par les finances publiques s’est bien dégonflé ! F. Morin ne se contente pas de dresser un sombre diagnostic, il propose également des mesures à appliquer d’urgence pour éviter le prochain krach, mesures qui passent par un retour en force de la puissance publique, accompagné d’une ferme reprise en main de la création monétaire et d’une nationalisation partielle du secteur bancaire. Il est professeur de sciences économiques. et a été membre du Conseil général de la BdF → youtu.be/HdrZ52Cigj4

 

 

 

Il est certain que la démocratie n’est qu’un vernis sur la dictature de la ploutocratie dont la propagande n’a qu’un seul but : conserver le pouvoir à tout prix. Et il n’est pas impossible que cela dégénère en totalitarisme ! Le film et le poème libertaire "De la servitude moderne" décrit la mondialisation et le système économique et politique qui l'accompagne comme un « totalitarisme marchand »… à lire (cf. A8). Quoi qu'il en soit, les quelques milliers de personnes qui sont dans les organisations que nous avons mentionnées ici, font tout ce qu’elles peuvent pour entretenir la mystification bancaire afin, simplement, de ne pas perdre leur confortable et puissante position. Elles sont responsables de bien des absurdités et des violences de ce monde, qui ont pour conséquence d’amener beaucoup de souffrance et de dégâts sur notre planète. Les Banques centrales de presque tous les pays au monde sont des banques créées par la famille Rothschild (Le contrôle des Rothschild – kla.tv/13640 – 04/01/19). La plus importante Banque centrale au monde, la FED, est une banque privée directement responsable de la création de toutes les dépressions, des récessions, de l'inflation et de la déflation aux USA depuis 1913. La Fed, contrôlée par les Rothschild, les Rockefeller et les Morgan, contrôle l'impression du dollar depuis 1913. La plupart des personnes vivant aux USA n'ont aucune idée que l'Internal Revenue Service (IRS) est une société privée du Fonds monétaire international (FMI) et est l'« armée » privée de la Fed. Son objectif est de s'assurer que les Américains paient leurs impôts et soient de bons esclaves. En 1835, le président américain Andrew Jackson a déclaré son dédain pour les banquiers internationaux : "Vous êtes un repaire de vipères. J'ai l'intention de vous expulser, et par le Dieu éternel, je vais vous expulser. Si les gens ne comprenaient que l'injustice de notre argent et de notre système bancaire, il y aurait une révolution". Il a suivi une tentative d'assassinat (infructueuse) sur la vie du président Jackson. Jackson avait déclaré à son vice-président, Martin Van Buren : "La banque essaie de me tuer." Lincoln et JFK ont été assassinés pour avoir tenté de débarrasser le pays des banquiers. Il existe deux banques qui offrent des prêts à tous les pays de la planète : la Banque mondiale et le FMI ; ces deux banques sont détenues par les meilleures familles bancaires au monde, dont les Rothschild. Ces deux banques offrent des prêts aux « pays en développement » et utilisent leurs intérêts, impossibles à rembourser, pour faire main basse sur les richesses réelles ; ils exploitent également les ressources naturelles de ces pays par l'entremise de leurs entreprises. Pour que ces entreprises puissent fonctionner de manière optimale, elles ont besoin d'une infrastructure solide, qui manque habituellement aux soi-disant « pays en développement ». Alors, avant même que les banques puissent offrir des prêts, ils s'assurent que la plus grande partie de l'argent sera investi dans l'infrastructure. Ces « négociations » sont menées par les « assassins économiques ».

 

Les confessions d'un assassin financier → rutube.ru/video/…c51

 

 

 

Quelques centaines de milliardaires sont au sommet de la pyramide du pouvoir en Occident et ils sont, bien évidemment, derrière l'UE, l'Euro, une future monnaie nord-américaine : l'Amero. L'OTAN, la CIA, le Pentagone, le MI 6 et le Mossad sont, bien entendu, au service de cette ploutocratie, de leur idéologie et de leur plan de domination du monde. Le monde leur appartient, quelques-uns sont leurs gardes-chiourme, leurs bergers, leurs propagandistes, mais pour le reste, les 99 % de la population, nous sommes leur propriété, nous sommes leur bétail.

 

 

 

20/09/18. La vraie raison pour laquelle les USA ne gagnent jamais leurs guerres… Ce système financier fiat finance des guerres, des conflits et des hostilités par procuration dans le monde entier. La dette qui est en grande partie sous forme de bons du Trésor américain en tant que réserves pour d’autres pays. La poursuite des guerres est cruciale pour la survie du système. C’est extrêmement rentable. Si une guerre était gagnée, la paix renaîtrait – pas de profit pour l’industrie de guerre, pas de loyer de la dette pour les banques de la paix. Les guerres doivent continuer – et la nation exceptionnelle peut prédominer, avec le plus grand budget militaire et de sécurité du monde, les armes les plus meurtrières et une dette nationale d’environ 150 trillions de dollars – environ sept fois et demi le PIB américain. Nous vivons en Occident dans une fraude monétaire pyramidale – que seules les guerres peuvent soutenir, jusqu’à ce qu’un système différent remplace progressivement l’hégémonie du dollar et son rôle de monnaie de réserve mondiale et c’est ce qui se passe avec le yuan chinois convertible en or et une dette nationale d’à peine 40 % du PIB qui prend progressivement le relais sur le dollar US en tant que réserve internationale. Les USA feront donc tout ce qu’ils peuvent pour continuer, diabolisant la Russie et la Chine, les provoquant dans une guerre chaude, parce que dominer, et carrément « posséder » la masse continentale eurasienne est l’objectif ultime de l’Empire meurtrier – reseauinternational.net/…guerres

 

 

 

 

 

51 - Supplément : livres, articles et vidéos en ligne

 

 

 

« Cette super-classe mondiale étant propriétaire de tous les médias dominants et finançant l’essentiel de ce qui se fait dans le domaine culturel relayé par les médias, elle contrôle les leviers d’influence majeurs. Pour compléter le tableau, ces oligarques mondialistes sont également aux commandes de myriades d’organisations non gouvernementales et de fondations diverses participant à l’entreprise de subversion générale à laquelle nous assistons en tous domaines. » La super-classe mondiale contre les peuples par Michel Geoffroy. Les gouvernements ne gouvernent plus mais obéissent aux marchés et aux banques, les puissances d’argent dirigent les médias et les peuples perdent leur souveraineté et leurs libertés. Pourquoi ? Parce que depuis la chute de l’URSS le pouvoir économique et financier s’affranchit du cadre national et veut gouverner à la place des États. Parce que la fin du communisme nous a libérés de la Guerre froide, et lui a succédé la prétention obstinée du messianisme anglo-saxon à imposer partout sa conception du monde, y compris par la force. Ce double mouvement s’incarne dans une nouvelle classe qui règne partout en Occident à la place des gouvernements : la super classe mondiale. Une classe dont l’épicentre se trouve aux USA mais qui se ramifie dans tous les pays occidentaux et notamment en Europe. Une classe qui défend les intérêts des super riches et des grandes firmes mondialisées, sous couvert de son idéologie : le libéralisme libertaire et cosmopolite. Une classe qui veut aussi imposer son projet : la mise en place d’un utopique gouvernement mondial, c’est-à-dire la mise en servitude de toute l’humanité et la marchandisation du monde. Une classe qui manipule les autres pour parvenir à ses fins, sans s’exposer elle-même directement. Dans cet ouvrage, M. Geoffroy dresse un portrait détaillé, argumenté et sans concession de la superclasse mondiale autour de cinq questions : que recouvre l’expression superclasse mondiale ? Que veut-elle ? Comment agit-elle ? Va-t-elle échouer dans son projet de domination ? Quelle alternative lui opposer ? – via-romana.fr/…954.html

 

 

 

Lettre à mes amis américains. La meilleure chose qui pourrait arriver à ce pays et à son peuple, c’est l’écroulement de cet Empire. Le soutien à cet Empire, même tacite et passif, […], ne fait que retarder cette éventualité et permet à cette abomination de générer plus de souffrances et de misère pour des millions de personnes innocentes, y compris pour des millions de vos compatriotes américains. Actuellement, cet Empire menace aussi mon pays, la Russie, d’une guerre, peut-être même d’une guerre nucléaire, et ceci signifie également une menace pour l’Humanité tout entière. Que l’Empire US soit le pire de l’Histoire ou non reste à débattre, le fait qu’il soit de loin le plus dangereux est indiscutable. Cela n’est-il pas pour vous une raison suffisante pour dire « maintenant ça suffit ! » ? Que faudra-t-il donc pour que vous changiez de bord et que vous rejoigniez le reste de l’Humanité dans ce qui est devenu un combat pour la survie de notre espèce ? Faudra-t-il un hiver nucléaire pour que vous ouvriez les yeux sur la véritable nature de l’Empire que vous continuez à soutenir en dépit de toutes les évidences ? – lesakerfrancophone.fr/…americains (16/09/17)

 

 

 

Qu’est-ce que la Super Classe Mondiale qui nous dirige ? – polemia.com/…rediff

 

"Des Pions sur l'Échiquier" écrit en 1955 par l'agent secret William Guy Carr et traduit récemment en français, décrit le projet du Nouvel Ordre Mondial et des manipulations monétaires des grands Banquiers Internationaux dans l'Histoire des Révolutions (Anglaise, Française, Américaine, Russe et Espagnole) et des deux Guerres Mondiales – data.over-blog-kiwi.com/…echiquier.pdf

 

L'Usure, Axe Central de l'Histoire de l'Occident – imposture-bibliotheque-de-combat.over-blog.com/…occident.html

 

L’État peut-il résister aux banques ? Par Valérie Bugault – lesakerfrancophone.fr/…banques

 

« L’euro est atteint d’un cancer en stade terminal » sptnkne.ws/fPGv

 

Comment une élite domine le monde : La dette comme un outil d’asservissement → businessbourse.com/…partie-13 (Partie 1/3)

 

« L’ART DE LA GUERRE ». La Russie et la Chine contre l’empire du dollar par Manlio Dinucci. C’est à tort que nous considérons chaque conflit armé dans le monde comme distinct des autres. La presque totalité d’entre eux s’insère dans un rapport plus général entre d’un côté « l’empire américain d’Occident » et, de l’autre, les Brics qui tentent de lui opposer « un ordre international alternatif ». Ce rapport de force se joue aussi bien au plan militaire qu’au plan financier – voltairenet.org/article197861.html

 

Monique Pinçon-Charlot : "E. Macron synthétise complètement les intérêts de l'oligarchie" – lesinrocks.com/…548 (14/09/17)

 

 

 

Un agent de la CIA lance une alerte au sujet de l’État profond et du gouvernement de l’ombre. Shipp affirme que la CIA a été créée par le biais du CFR sans approbation du Congrès, et historiquement, le CFR est également lié aux médias grand public. Il a précisé que la CIA était le « nœud central » du gouvernement de l’ombre et contrôlait les 16 agences de renseignement. L’Agence contrôle également les entreprises privées de sous-traitance en matière de défense et de renseignement : elle peut manipuler le président et les décisions politiques, a le pouvoir de déclencher les guerres, de torturer, initier des coups d’État et commettre des attentats sous fausse-bannière – reseauinternational.net/…lombre (18/09/17)

 

 

 

Mémoires de feu en Corée du Nord par B. Cumings. Quand les USA détruisaient un pays pour le sauver, comme ils l'ont fait avec peut-être encore plus d'efficacité au Vietnam ! Plutôt que d’une guerre « oubliée », mieux vaudrait parler, s’agissant de la Guerre de Corée (1950-1953), d’une guerre inconnue. L’effet incroyablement destructeur des campagnes aériennes américaines contre la Corée du Nord – qui allèrent du largage continu et à grande échelle de bombes incendiaires (napalm) aux menaces de recours aux armes nucléaires et chimiques et à la destruction de gigantesques barrages nord-coréens dans la phase finale de la guerre – est indélébile. Ces faits sont toutefois peu connus, même des historiens, et les analyses de la presse sur le problème nucléaire nord-coréen ces dix dernières années n’en font jamais état – amitiefrancecoree.org/article-9191.html (Le Monde Diplomatique, décembre 2004)

 

 

 

Si les peuples d’Europe ne se lèvent pas, les banques ramèneront le fascisme – legrandsoir.info/fascisme.html

 

"Le moyen le plus facile de contrôler la population, c’est de mener des actes de terrorisme" Staline. Découvrez 53 fausses attaques avérées → info-contre-info.fr/staline

 

Denis Robert : « Les vrais mafieux lisent le Financial Time ou le Wall Street Journal » – agoravox.fr/…136 / La domination du monde – ladominationdumonde.blogspot.fr

 

737 maîtres du monde contrôlent 80 % de la valeur des entreprises mondiales. Une étude d’économistes et de statisticiens, publiée en Suisse en 2011, met en lumière les interconnexions entre les multinationales mondiales. Et révèle qu’un petit groupe d’acteurs économiques – sociétés financières ou groupes industriels – domine la grande majorité du capital de dizaines de milliers d’entreprises à travers le monde bastamag.net/article1719.html

 

The network of global corporate control → arxiv.org/…8v1.pdf. Document de 36 pages : We present the first investigation of the architecture of the international ownership network, along with the computation of the control held by each global player. We find that transnational corporations form a giant bow-tie structure and that a large portion of control flows to a small tightly-knit core of financial institutions. This core can be seen as an economic “super-entity” that raises new important issues both for researchers and policy makers.

 

 

 

La Toile d’Araignée : Le Second Empire Britannique. Ce film montre comment l'UK est passé de son statut de puissance coloniale à celui de puissance financière mondiale. Au lendemain du démembrement de cet empire colonial, les intérêts financiers de la City de Londres ont créé un réseau de juridictions offshore secrètes qui ont fait main basse sur les richesses mondiales et les ont dissimulées derrière une toile aux ramifications complexes reliant des iles offshore. Aujourd’hui, près de la moitié de la richesse mondiale offshore serait ainsi cachée dans des juridictions secrètes britanniques. L'UK et ses juridictions sont ainsi devenues l’intermédiaire principal et incontournable dans le monde de la finance internationale – youtu.be/hizj_6EH34M

 

 

 

Sélection de vidéos sur l'économie et la monnaie. Quand l’Europe sauve ses banques, qui paie ? Noire Finance. Catastroika. Les banques, le crédit, la monnaie et l’inflation en peu de mots. Les nouveaux maîtres du monde – Goldman Sachs. Let’s Make Money. Zeitgeist. Thrive. La Stratégie du Choc. Fall of the Republic. Corporation. 1929 Le Grand Krach. Finance mondiale et crack 2008. FMI comme “Fraude Monétaire Internationale”. L’histoire détaillée de l’économie occidentale. Comprendre les subprimes et la crise de 2008. “Debtocracy” Gouvernance par la dette, le FMI et la BM. Comprendre la crise financière. Comprendre l’économie de manière approfondie. Comprendre le système bancaire. Comprendre l’économie en 10 minutes. L’effondrement du système économique jaiundoute.com/dossiers-economie

 

 

 

John Perkins « Mémoires d'un assassin financier » → dai.ly/xa636d

 

J. Perkins on Globalization → youtu.be/TFC18pFvo1g

 

Les secrets de la Réserve fédérale – youtu.be/aQgu5Xwpclo

 

Requiem for the American Dream. Les 10 principes de la concentration de la richesse et du pouvoir d'après Noam Chomsky – youtu.be/kpTnYwv-qIE

 

L'OTAN-alliance pour la guerre, les USA-mensonges et morts par millions. D. Ganser – youtu.be/uE_ZFAyWcco

 

Overdose: The Next Financial Crisis → youtu.be/SY2hUWaXqfE

 

10 familles qui dirigent le monde → youtu.be/qymRWy2G7Ks (présentation des familles Astor, Rothschild, Rockefeller, Morgans, DuPont, Bush, Bundy, Warburg, Freeman, et Collins)

 

Four Horsemen - Feature Documentary - Official Version (VOSTFR) un classique à voir pour comprendre le monde d'aujourd'hui (+ de 5500000 vues) → youtu.be/5fbvquHSPJU

 

Interview d'une ex-employée de la BM. Karen Hudes a travaillé plus de 20 ans dans le département juridique de la BM. Mise à la porte suite à ses rapports concernant de nombreux cas de corruptions, elle nous explique comment s'articule le système financier mondial youtu.be/5a3KFVLB8AM

 

Quand l'état perd le contrôle de sa monnaie, il court à la faillite youtu.be/n8vGU0Z5-lc

 

Les milliardaires vous remercient ! dai.ly/xfazfk

 

L'encerclement. À travers les réflexions et les analyses de plusieurs intellectuels de renom, ce documentaire trace un portrait de l’idéologie néolibérale et examine les différents mécanismes mis à l’œuvre pour en imposer mondialement les diktats. youtu.be/SkdwB9qZVoA (3h)

 

La haute trahison des élites mondialisées youtu.be/YXNU0nguTV8

 

La Fabrication du Consentement → ok.ru/video/254473210588

 

Collapse (L'Effondrement), par Michael Ruppert youtu.be/J9-ElTW3p4E (VOSTFR)

 

Histoire des Rothschild → youtu.be/4NcOe30YPSQ

 

L'Oiligarchie de Rockefeller, Rothschild & cie → youtu.be/rnlcYUuQ54Y

 

L’histoire du pouvoir mondial – youtu.be/y9ezgFP9Mcw

 

CIA Agent Whistleblower Risks All To Expose The Shadow Government – youtu.be/XHbrOg092GA (1 000 000 vues) (23/08/17)

 

La Franc Maçonnerie Disséquée – youtu.be/EKZtqeNd1q0 / La France maçonnique saison 1 – youtu.be/HLrcDJ4OkQk

 

L’État profond, le supramonde de Wall Street et les supermajors – editionsdemilune.com/…2.pdf - Peter Dale Scott – youtu.be/i4dcmJALM8k

 

Chronologie des interventione américaines dans le MONDE (2010) – mecanoblog.wordpress.com/…monde

 

115 documentaires pour mieux comprendre le monde → informaction.info/comprendre-le-monde

 

The Road to World War 3 – youtu.be/HP7L8bw5QF4 (VOSTFR, 14 min de bon sens)

 



23/09/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 179 autres membres