Fraternité Citoyenne

Créons un parti politique populaire et souverainiste - PPS

pps2.jpg

 

Pour ne pas perdre cette page lorsque vous cliquez sur un lien:

survolez le lien, faites un clic droit et choisir une option 

 

L'idée est simple : Créer un parti pour rassembler le peuple contre l'oligarchie financière

Le 11 octobre 2021

Cher compatriote,

Nous sommes de plus en plus nombreux à trouver que la « coupe est pleine » ! Nous sommes nombreux, mais nous sommes dispersés. Aujourd'hui comme hier, il y a une lutte des classes entre les nomades de l'hyperclasse, c'est à dire ceux qui contrôlent le système monétaire (les financiers) et leurs serviteurs (les médias, les technocrates et la plupart des politiques) d'une part et tous les autres d'autre part, c'est à dire nous les 99%.

Et si nous créerions un parti écologiste, populaire et souverainiste, un parti politique au sens de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 :

  • qui rassemblerait le peuple contre l'oligarchie financière ;

  • qui proposerait le Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC) ;

  • qui proposerait un référendum pour sortir de l'OTAN et pour toute autre question de première importance comme une réforme monétaire à l'exemple de la votation proposée le 10 juin 2018 en Suisse par l'Initiative Monnaie Pleine (sur la question : qui doit créer notre argent, les banques privées ou la banque centrale ?) et par conséquent une sortie de l'euro afin que l'État puisse se réapproprier le contrôle de sa monnaie ;

  • qui serait souverain au niveau de la circonscription électorale pour le choix de ses candidats aux élections législatives ;

  • qui proposerait une Primaire Citoyenne pour la désignation de notre candidat à l'élection présidentielle.

Il ne s'agit pas de créer un xième parti, mais simplement de rassembler les partis et les citoyens qui ont compris qui est vraiment l'ennemi du peuple afin de virer du pouvoir cette oligarchie financière et technocratique qui nous manipule avec leur monnaie de singe depuis trop longtemps. Alors, si vous êtes contre le mondialisme ordolibéral, contre cette « élite » de banquiers et de milliardaires qui possède la puissance financière, pharmaceutique et médiatique et qui a pour objectif de détruire la souveraineté des États et des populations, alors rassemblons-nous et préparons-nous. Des élections législatives auront lieu en France les 12 et 19 juin 2022.

Si l'idée de créer un tel parti vous semble appropriée, merci de m'envoyer un courriel en spécifiant le n° de votre département. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues : porte-parole national, coordinateurs nationaux et départementaux, juristes, experts comptables, etc. Je ne suis qu'un des coordinateurs de la création de ce futur parti.

Le nom de ce parti sera choisi lors d'une assemblée générale constitutive, pour l'instant, appelons-le : PPS (Parti Populaire Souverainiste ou du Peuple Souverain).

Bien à vous.

Marc JUTIER mjutier@orange.fr ○ 07 68 54 92 33 – n'hésitez pas à m'appeler et à transférer ce courriel (tel quel ou modifié à votre convenance et donc signé par vous) à vos contacts. Pour se retrouver sur facebook : Créons un parti politique populaire et souverainiste – PPS : facebook.com/groups/pgj2021 (3450 membres) ○

Le texte ci-dessous a été ajouté le Le 11 octobre 2021

****** ****** ****** * ****** ****** ******

 

Création d'un parti politique populaire et souverainiste – PPS

 

 

Le PPS – le Peuple Souverain contre l'oligarchie financière

 

Chers compatriotes,

 

Des élections législatives auront lieu en France les 12 et 19 juin 2022, préparons-nous ! Pour cela, créons un parti politique au sens de la loi du 11 mars 1988 afin, entre autres, de bénéficier du financement public des partis politiques à hauteur de 1,42 euro par voix (en 2017), à condition d'avoir obtenu au moins 1 % des suffrages exprimés dans au moins 50 circonscriptions.

 

* * *

 

LA CRÉATION D’UN PARTI POLITIQUE : www.cnccfp.fr/docs/partis/Creation_parti_20210205.pdf / L’article 4 de la Constitution dispose que les partis politiques « concourent à l’expression du suffrage » et « se forment et exercent leur activité librement ». Il existe, en conséquence, une liberté de création des partis politiques dont l’objet peut notamment être de soutenir un ou plusieurs candidats à des élections. Au sens de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique, est considérée comme parti politique la personne morale de droit privé qui s’est assigné un but politique si elle est éligible à l’aide publique (articles 8 et 9 de la loi du 11 mars 1988). Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques : www.cnccfp.fr/

 

Code électoral en ligne : www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGITEXT000006070239/ / document pdf de 346 pages et de 4 Mo : https://codes.droit.org/PDF/Code%20%C3%A9lectoral.pdf / Loi n° 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique : www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000321646/2020-11-04/ - Article 9 / Modifié par LOI n°2017-1837 du 30 décembre 2017 - art. 119 - La première fraction des aides prévues à l'article 8 est attribuée : - soit aux partis et groupements politiques qui ont présenté lors du plus récent renouvellement de l'Assemblée nationale des candidats ayant obtenu chacun au moins 1 % des suffrages exprimés dans au moins cinquante circonscriptions ;

 

Élections législatives : le financement public des partis politiques : www.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-elections/Elections-legislatives-2017/Elections-legislatives-le-financement-public-des-partis-politiques

 

Aide publique aux partis politiques : 66 millions d'euros en 2020 : www.vie-publique.fr/en-bref/273593-aide-publique-aux-partis-politiques-66-millions-deuros-en-2020

 

1,42 euro par voix en 2017. Législatives 2017 : chaque voix et député élu rapporte de l'argent aux partis : www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-chaque-voix-et-depute-rapporte-de-l-argent-aux-partis-7788599747

 

Le financement de la vie politique : partis et campagnes électorales : www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/role-et-pouvoirs-de-l-assemblee-nationale/le-depute/le-financement-de-la-vie-politique-partis-et-campagnes-electorales

 

Sur les crédits consacrés au financement de la vie politique et le rôle de la commission nationale de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques : www.senat.fr/rap/r19-347/r19-3477.html

 

Décret n° 2020-154 du 21 février 2020 pris pour l'application des articles 8, 9 et 9-1 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 modifiée relative à la transparence financière de la vie politique : www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000041617529

 

* * *

 

Donc,

 

 

- Si vous êtes contre le mondialisme ordolibéral, contre cette « élite » de banquiers et de milliardaires qui possède la puissance financière, pharmaceutique et médiatique et qui a pour objectif de détruire la souveraineté des États et des populations, alors rassemblons-nous pour gagner les élections souveraines de notre pays : les élections législatives et présidentielle.

- Sur la base du mouvement des Gilets jaunes et des manifestations anti-pass sanitaire, commençons à nous organiser et créons un parti politique populaire et souverainiste.

Il ne s'agit pas de créer un xième parti, mais simplement d'essayer de rassembler les partis et les citoyens qui ont compris qui est vraiment l'ennemi de classe afin de virer du pouvoir cette oligarchie financière et technocratique qui nous manipule avec leur monnaie de singe depuis trop longtemps.

 

 

► Vous voulez participer à la création du parti du peuple salarié contre l'oligarchie financière ?

► Vous voulez être candidat aux élections législatives ?

► Le PPS sera souverain au niveau départemental pour la désignation des candidats aux élections législatives.

► Une primaire sera organisée pour l'élection présidentielle.

► Rejoindre le groupe : facebook.com/groups/pgj2021 (3400 membres)

 

 

Merci d'envoyer un courriel à: mjutier@orange.fr en spécifiant le n° de votre département.

Bien à vous.

Marc Jutier  (https://www.google.com/search?q=Marc+Jutier&oq=Marc+Jutier 07 68 54 92 33 (Je ne suis, ni plus ni moins, que le coordinateur temporaire de la création de ce futur parti, je n'en cherche ni la direction, ni le leadership. Je crois simplement en l'idée qu'il faut que le peuple s'organise, se rassemble contre les banksters afin d'établir une société moins absurde, moins violente, moins inégalitaire et plus respectueuse de notre environnement)

 

 

Texte fondateur du Parti Populaire Souverainiste (ou du Peuple Souverain ou ... le nom du parti est à choisir – pour l'instant appelons-le : PPS. Le texte ci-dessous est un premier jet, il sera assurément remanié.):

1

Il apparaît aujourd'hui évident que cette pandémie COVID-19 est une manipulation planétaire dans un but politique de contrôle social. La propagande incessante diffusée par les gouvernements et les médias de masse ainsi que la censure et les attaques ad hominem sur les personnes, souvent de notoriété mondiale, en sont des preuves irréfutables. La question que chaque citoyen doit se poser c'est : Qui est derrière tout ça ?

2

Quand on y réfléchi un peu, la réponse est assez simple : c'est l'oligarchie financière planétaire. Alors oui, "nous sommes en guerre !" non pas contre un virus, mais contre cette oligarchie qui veut nous imposer une nouvelle forme de totalitarisme sanitaire, numérique et monétaire. Le problème, c'est que pour des raisons psychologiques de transfert de l'autorité du père au gouvernement, cette vérité est difficilement acceptable pour la plupart de nos concitoyens. En effet, il est difficile de croire que nos gouvernements puissent nous manipuler à ce point, autrement dit, il est difficile de croire que notre père puisse nous mentir.

3

Mais c'est malheureusement indéniable, les banksters et leurs serviteurs (les multinationales – pharmaceutiques entre autres – les médias, les technocrates et la plupart des politiques) qui se réunissent entres autres dans des clubs discrets comme le Bilderberg et en France à l'association « Le Siècle » ou à la French-American Foundation, veulent nous amener vers un totalitarisme numérique et une dictature bancaire avec QR code, 5G et disparition de la monnaie papier pour une monnaie 100% numérique.

4

Il faut bien comprendre que l'économie de marché est basée sur deux escroqueries : premièrement une rareté artificielle de la monnaie et deuxièmement une rareté maintenue de la production. De fait, il n'y a pas de sciences économiques, c'est un attrape-nigaud, une invention des banquiers pour justifier leur colossal pouvoir, leurs règles du jeu, leur comptabilité.

5

Aujourd'hui comme hier, il y a une lutte des classes entre les nomades de l'hyperclasse, c'est à dire ceux qui contrôlent le système monétaire (les financiers) et leurs serviteurs (les médias, les technocrates et la plupart des politiques) d'une part et tous les autres d'autre part, c'est à dire nous les 99%.

6

Soyons clair, la monnaie ne peut fonctionner que si elle est maintenue artificiellement rare pour 99% des gens, mais évidemment, il n'y a rien de plus facile à créer que la monnaie (c'est juste des chiffres sur des écrans) et donc pour cacher leur incurie (concrétisée par les nombreux Q.E. et les dettes souveraines abyssales), leur escroquerie (le système monétaire actuel, c.a.d. une monnaie créée ex-nihilo et contrôlée par les banques privées, dénoncée par Maurice Allais prix Nobel d’économie, la déclarant identique à celle de faux monnayeurs, ce qui a eu pour conséquence immédiate son bannissement des médias) et pour continuer à nous maintenir en esclavage, la seule solution pour l'oligarchie financière c'est de dématérialiser complètement la monnaie afin d'éviter une panique bancaire, une course aux guichets ou bank run, car le bank run est la seule hantise du banquier, et sans papier plus de bank run possible !

7

Pour les mondialistes néolibéraux, le terme de « choix politique » perd toute signification car la société, selon leur idéologie, n’est qu’une somme d’individus, ce qui justifie qu’il faut dépolitiser les débats au profit de simples mécanismes de marchés auto-régulateurs, la fameuse « main invisible du marché » selon eux, mais de façon plus réaliste, il s'agit bien de la main bien concrète du créateur de la monnaie, du banquier, du pouvoir absolu de la finance. Les médias dominants au service des mondialistes font même passer le terme de souveraineté comme une incongruité, voire une grossièreté ou une incorrection! Il est sans fondement de lier le risque de dérive nationaliste agressive à l’idée de souveraineté, ce n'est qu'un argument des mondialistes pour tenter de décrédibiliser la souveraineté des peuples afin d'imposer la dictature mondiale des banquiers. Il nous faudra reconstruire les chemins d’un vivre-ensemble apaisé par une souveraineté populaire au sein de la nation.

8

Le peuple doit prendre conscience de l’importance fondamentale de la création monétaire. Les citations d’hommes célèbres tels que Thomas Jefferson, Napoléon, Abraham Lincoln, Woodrow Wilson, Henry Ford, JF Kennedy, Maurice Allais, Bernard Marris, etc. confirment cela. Même Rocard avait déclaré à la radio que « nous vivons dans un super État bancaire international ». Chaque jour, chaque citoyen pense à l’argent et pourtant combien savent comment est créée l’argent ? C’est la preuve d’une manipulation de masse extraordinaire ! Le système monétaire actuel est la principale source de nos problèmes de société et d'environnement. Ce système – la création monétaire ex nihilo par la dette – est profondément absurde, défectueux et inique ; de fait, c'est une véritable escroquerie. Les questions de comment est créée la monnaie et de quelle est la motivation de ceux qui contrôlent son émission, sont primordiales. La monnaie n'est qu'un moyen pour mobiliser l'énergie humaine et son émission devrait légitimement appartenir aux institutions représentant les citoyens et… ce n'est pas le cas aujourd'hui et c'est bien le cœur du problème !

9

Le pouvoir dans nos démocraties est donc détenu par les maîtres du capital financier globalisé. Ce sont ces oligarchies qui gouvernent la planète, un pouvoir invisible, non élu, qu’a dénoncé Woodrow Wilson président des États-Unis juste après la création de la FED le 23 décembre 1913. La démocratie française, comme toutes les autres, n’a pas le pouvoir réel sur les choses essentielles. Les décisions sont prises par les oligarchies, c’est-à-dire les PDG des grandes banques et des sociétés multinationales. Ces transnationales échappent à tout contrôle parlementaire, étatique, onusien ou syndical. Ces oligarchies ont une seule stratégie : la maximalisation du profit dans le temps le plus court et à n’importe quel prix humain et environnemental. Cela aboutit à l’affaiblissement des institutions démocratiques, à un mépris absolu du bien commun, à la destruction progressive de la planète, de la biodiversité, des forêts tropicales, avec l’empoisonnement des sols, de l’eau et des mers. Leur dogme, l'obscurantisme néo ou ordo libéral qui dit que seul le marché fait l’histoire et qu’il obéit à des «lois naturelles» est, évidemment, un pur mensonge.

10

On ne peut pas humaniser, améliorer, réformer un tel système. Il n'y a pas d'autre solution que de l’abattre. Aucun des systèmes d’oppression précédent, comme l’esclavage, le colonialisme, la féodalité, n’a pu être réformé. L’oppression ne se réforme pas.

11

Sur l'échiquier politique de la droite à la gauche social-libérale, tous défendent l'ordolibéralisme de l'UE, tous sont complices de cette oligarchie financière, tous défendent cette idéologie qui considère que le politique n'a pas à intervenir dans le domaine économique. Selon eux, selon la théorie ordolibérale, l'État a pour responsabilité de créer un cadre légal et institutionnel à l'économie, et de maintenir un niveau sain de concurrence « libre et non faussée » via des mesures en accord avec les « sacro-saintes lois du marché ». Bien que l'ordolibéralisme se distingue du libéralisme classique anglo-saxon fondé sur la dérégulation et le « laisser-faire », il est cependant un libéralisme en ce que l'État doit se cantonner à la fixation et à l'application de ces règles et ne doit pas mener de politique économique structurelle ni même conjoncturelle.

12

La société de consommation actuelle a tendance à enfermer les gens dans des attitudes individualistes où chacun s’isole et vit pour lui-même. Pour en sortir, il faut reconstruire une société plus solidaire, qui permette un partage plus égalitaire des richesses et offre une promotion à chaque être humain. Notre société trop souvent mécanique, froide et impersonnelle, souffre d’une déshumanisation, de logiques strictement comptables et de perspectives à courte durée. Une citoyenneté bien comprise devrait instaurer davantage de partage, de fraternité et de liberté pour conduire des actions créatrices d’avenir.

13

Le modèle de société néolibérale qui a produit la contre-civilisation qui est la nôtre est un cancer qui ronge et détruit non seulement le vivant, la terre, les mers, l’air, tout ce qui marche, nage, pousse ou vole, mais qui annihile aussi les sociétés humaines, les rabaissant à un agglomérat d’égoïsmes en concurrence, de consommateurs compulsifs aliénés aux « cerveaux disponibles ». Il n'est plus à démontrer les ravages de l'idéologie libérale (néo ou ordo) sur l'humanité et la nature. C'est donc une alternative à ce système mortifère que nous devons mettre en place. Un retour du politique dans l'économie premièrement par un contrôle de la monnaie par l'État afin de développer une société plus juste et plus respectueuse de l'environnement. Un modèle de société réellement social, écologique et démocratique.

14

Il serait tout à fait possible de vivre dans une démocratie radicalement différente de celle d'aujourd'hui. On pourrait facilement vivre dans une société plus harmonieuse et cela n'a rien d'extraordinaire dans le fond. Si nous ne vivons pas déjà dans une société plus apaisée, c'est simplement parce que nous n'avons pas ouvert les yeux en termes de choix politiques fondamentaux. Ce sont nos choix politiques qui doivent déterminer si, oui ou non, les banques privées, les transnationales, la société de consommation et la publicité existent ou n'existent plus ; si, oui ou non, la fonction bancaire doit être un véritable droit régalien ou un droit privé comme aujourd'hui ; si, oui ou non, le pouvoir politique partage avec les citoyens et les élus de base, le fonctionnement de la production de marchandises et du système dans son ensemble.

15

Suite au rétablissement de notre souveraineté monétaire, il nous faudra, également, récupérer notre souveraineté économique par une planification aux fins d’une reconstruction de chaînes de la valeur plus autocentrées sur le territoire ; et forcément par une interdiction de la financiarisation et des activités spéculatives parasitaires et rentières ; une décarbonisation des activités ; un développement des filières écologiques comme par exemple celle de l’économie circulaire. Il faut utiliser notre souveraineté économique pour rebâtir un monde moins concurrentiel et respectueux des valeurs françaises : rétablir des droits de douanes compensateurs des inégalités de protection sociale entre pays ; établir le principe d’un maxima des rémunérations.

16

L’Union Européenne ne peut-être qu'une fédération d'États souverains et non pas une technocratie au service des banquiers, des multinationales et des marchés. Nous ne pouvons pas laisser de coté notre souveraineté monétaire et cette souveraineté doit être une condition sine qua non à notre maintien dans l’U.E.. De toute façon l’U.E. a besoin de la France, car depuis le Brexit la France est le seul pays membre de l'U.E. qui est à la fois l'un des 5 membres permanents de l'O.N.U. et l'un des 9 États détenteurs de la force de dissuasion nucléaire ; un nouveau traité sera proposé à nos partenaires européens et une évolution doit être possible. C’est une question de courage, de volonté et de détermination. Il serait judicieux de rappeler aux États européens que les Français avaient voté NON au référendum du 26 mai 2005 et que le pouvoir leur a forcé la main de façon légale mais illégitime.

17

Nous sommes de plus en plus nombreux à proposer une nouvelle civilisation d'harmonie, d'autonomie, de liberté, de partage, de respect mutuel et de préservation de l'environnement ; cette vision a commencé dans nos têtes et la concrétisation de cette société est inéluctable. Forcément, ceux qui sont à la tête des transnationales, ceux qui nous manipulent et nous tiennent en esclavage avec leur monnaie de singe n'apprécient pas cette évolution, cette prise de conscience ! Une nouvelle forme d'organisation sociale, un nouveau paradigme libéré de l'emprise du marché et de l'esclavage de la monnaie dette émerge à l'horizon, nous sommes à l'aube d'une nouvelle civilisation.

18

Dans de plus en plus de pays, les peuples défendent leurs souverainetés contre les banquiers-mondialistes. La question qui compte est : « est ce que les individus, les institutions et les nations sont souverains, notamment concernant les questions d’alimentation, de santé et de libertés, ou bien sont ils sous le contrôle et la domination d’une oligarchie et d’un gouvernement mondial qui pourrait dégénérer en dictature !? Autrement dit, sommes nous pour un monde unipolaire contrôlé par les banquiers, les multinationales et le « divin » marché ou pour un monde multipolaire ; ou encore sommes nous pour une Union Européenne ordolibérale ou pour une Europe de nations souveraines qui collaborent aux niveaux militaire et géopolitique. C’est à ces questions cruciales, c'est à ce choix de société auquel nous devrions répondre par nos suffrages lors des élections souveraines de notre pays : les élections législatives et présidentielle.

19

Nous sommes pour le Référendum d'initiative citoyenne, pour la sortie de la France de l'OTAN, pour un revenu universel et un contrôle de la monnaie par l'État. Nos propositions sur l'éducation, l'agriculture, l'alimentation, la santé, les affaires étrangères, la défense, la justice, la police, les institutions, la monnaie, la production et la distribution des biens matériels, la culture, l'énergie, le logement, la ruralité, les transports, etc., feront l'objet de débats entres les membres afin d'établir notre projet pour les élections législatives et présidentielles.

20

Le PPS sera souverain au niveau départemental pour la désignation des candidats aux élections législatives. Une primaire sera organisée pour l'élection présidentielle. Les 12 candidats qui auront obtenu le plus de soutiens citoyen (minimum 100 soutiens) seront admissibles au scrutin du premier tour et les 2 meilleurs scores seront admissibles au scrutin du second tour. Puissions-nous gagner afin de mettre en place une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique et plus respectueuse de notre environnement. Quoi qu'il en soit et qui que vous soyez, n'hésitez pas à nous contacter.

-€$£-



22/09/2021
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres